Choléra : les sorcières du Ventoux et les savants à Toulon

Illustration : Les savoirs sur les vertus thérapeutiques des plantes sont multimillénaires.
Voir thériaque et Tacuinum sanitatis

Au commencement il y a les faits … et puis il faut trouver quelques ressorts.

Des centaines de morts

En 1835, épidémie de choléra à Avignon – Gérard 1835.
Idem en 1854.

Des observateurs avisés

Pendant les deux épidémies, Auguste Blachère et son père observent que dans la Ville d’Avignon il y a beaucoup plus de victimes que dans les villages autour du Ventoux.

Une fois l’épidémie passée, ils interrogent les gens du Ventoux :
« C’est normal qu’on soit épargnés …« 
Et, en chuchotant en occitan : » … triaca de sanaire. »
Pour frapper le lecteur, nous traduisons par « élixir de sorcière ».

Toujours est-il que les Blachère demandent à ces dames les « sanailleré » – guérisseuses – quelles sont les plantes qu’elles utilisent.
Elles leur indiquent plus de 50 plantes, fleurs et épices.
Ils créent une distillerie et produisent l’élixir qu’ils nomment Origan du Comtat.

Le choléra de 1884

Lorsque le choléra arrive à Avignon en 1884, de nombreux Avignonnais ont dans leur placard une ou plusieurs bouteilles d’élixir de la Distillerie Blachère qui – vu le nombre de plantes qu’il contient – tue « tout ce qui bouge » – bactéries, virus, fongiques et parasites.
Il y a seulement 100 morts – qui n’ont pas l’élixir ? – contre 300 en 1835 et 700 en 1854.
Les Avignonnais font trois « monuments » à Auguste Blachère !!!

En 1884, pendant que les Avignonnais se protègent et se soignent avec l’élixir …
Le docteur Koch se rendit à Toulon au mois de juillet.
Il suivait Emile Roux, le second de Pasteur et Paul Strauss.
Dans un article du Figaro en date du 17 juillet, Pasteur critique les méthodes préconisées par Koch pour lutter contre la maladie. – Charvet.

A Toulon, les « savants » se disputent et les Toulonnais meurent.
Autour du Ventoux, on récolte les plantes, les Blachère distillent et les Avignonnais sauvent leur peau.

En 2021, on fait quoi ?

L’OMS dit que les antibiotiques sont en échec et qu’il faut impérativement soigner aussi avec les MAC Médecines Alternatives et Complémentaires.

Alors on en parle. Mais pour ce qui est des réalisations …

Aromathérapie pour quelques « vieux » à Valenciennes, pour quelques cancéreux à Colmar, le bilan est maigre.

Comme à Toulon en 1884, les « savants » se disputent et les patients meurent !

Références

François Gérard 1935 Notice sur le choléra-morbus observé à Avignon, pendant les mois de juillet, août et septembre Imprimerie Rastour https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54266896

Jean-Louis Charvet L’épidémie de choléra de 1884 à Avignon et à Toulon Academia

Crédit photo

Le Ventoux Marianne Casamance WikiMédia

Gravures : Tacuinum Sanitatis Taqwīm al-Ṣiḥḥa WikiPédia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s